agrandir le texte retrecir le texte imprimer article envoyer à un ami

Caroline Vigneaux croque la pomme

One woman show à Marcel Pagnol, samedi 29 février à 21h.

Après avoir « quitté la robe » dans son précédent spectacle, Caroline Vigneaux se retrouve nue comme Eve dans le jardin d’Eden. A son tour, elle croque la pomme, fruit défendu de l’arbre de la connaissance... Et comme elle y prend goût, elle croque à nouveau et tout s’emballe : elle découvre la vérité sur des secrets jamais abordés, et s’installe à Bures-sur-Yvette pour tout vous révéler, quitte à briser des tabous ancestraux !

Difficile de ranger Caroline Vigneaux dans un tiroir. Caroline Vigneaux a été une brillante avocate. On sait que, soprano du barreau, elle trouva sa voie quand elle comprit qu’on a « deux vies, et la seconde commence quand on comprend qu’on n’en a qu’une ». Dans « Caroline Vigneaux croque la pomme », son nouveau spectacle, toujours entièrement écrit de sa main, elle aborde à nouveau le sujet de son ancien métier et fait d’ailleurs ses adieux définitifs à la robe d’avocat, à laquelle elle préfère la petite robe de la même couleur qui sied beaucoup mieux à sa silhouette.

« Caroline Vigneaux croque la pomme » n’est pourtant pas un spectacle tournant autour d’anecdotes de prétoires. On y croise aussi Don Camillo, des chiens qui nécessitent d’être sortis, des considérations courageuses sur les tabous féminins et quantité d’informations cruciales sur l’incohérence de lois ou de traditions misogynes. Le tout emballé dans des vannes radicales, car elle ne peut pas s’en empêcher. Ce spectacle a un rapport avoué avec la légende d’Adam et Eve. Cette histoire éternelle selon laquelle, pour avoir répondu à l’injonction de consommer 5 fruits et légumes par jour, la femme sera condamnée à « enfanter dans la douleur et demeurer soumise à son mari ». Deux mille ans après, ça ne passe toujours pas, et c’est vrai que ça commence à faire long.

« C’est drôle et instructif. L’intensité monte, monte, avant un jouissif bouquet final. »
Le Parisien

> Tarif B