agrandir le texte retrecir le texte imprimer article envoyer à un ami

Les vibrants

Une jolie histoire d’amour en 14-18, une évocation très forte des gueules cassées. Réglé au millimètre (Le Canard Enchaîné).

Samedi 17 novembre à 21h

1914. Eugène, aussi beau qu’insolent, part pour le front comme engagé volontaire.
1916. Il est blessé à Verdun par un éclat d’obus et y laisse la moitié de son visage. S’ensuit alors une irrépressible descente aux enfers : comment continuer à vivre lorsque le miroir nous donne à voir les restes de ce qui a été et ne sera plus ?

Au Val-de-Grâce où il est hospitalisé, Eugène va rencontrer les architectes de sa nouvelle vie et suivre les pas, ou plutôt l’ombre, d’un certain Cyrano de Bergerac qui fût tout comme lui, pris dans les méandres d’un triangle amoureux. Les Vibrants mariant le douloureux souvenir du premier conflit mondial avec la délicieuse légende de Cyrano vient nous emporter par l’émotion pour nous faire passer un agréable moment.

D’Aïda Asgharzadeh
Mise en scène : Quentin Defalt
Avec Aïda Asgharzadeh, Benjamin Brenière, Matthieu Hornuss, Amélie Manet, Natacha Le Guen de Kerneizon Manuel Desfeux, Marion Rebmann
Musique : Stéphane Corbin, Ludovic Champagne, Chloé Cassagnes
Teknaï coproduction : Maison du Théâtre et de la Danse d’Epinay-sur-Seine

Avec le soutien du Département de Seine-Saint-Denis, de l’Adami, de la SPEDIDAM, de la Mission du Centenaire pour la Première Guerre mondiale, du CEPS, de la Licra et de Radio Vinci Autoroutes