agrandir le texte retrecir le texte imprimer article envoyer à un ami

Naissance de la Communauté Paris-Saclay

La fusion de la Communauté d’Agglomération du Plateau de Saclay, de la Communauté Europ’Essonne et des villes de Verrières-le-Buisson et de Wissous a donné naissance le 1er janvier 2016 à la nouvelle Communauté Paris-Saclay.
Pour rappel, la loi de janvier 2014, dite loi MAPTAM qui a créé la métropole du Grand Paris, impose aux communautés d’agglomération d’atteindre le seuil de 200 000 habitants.

Les 27 communes représentées au sein de Paris-Saclay

Les élus des 27 communes ont travaillé durant plusieurs mois et préparé la forme juridique de la future agglomération, ses futures compétences, les pactes financiers, les syndicats intercommunaux et leur devenir… Les sujets de discussions n’ont pas manqué et ne sont pas terminés.

La ville de Bures-sur-Yvette avait 4 conseillers communautaires qui siégeaient à la Communauté d’agglomération du Plateau de Saclay (CAPS). Seuls deux élus représenteront notre ville au sein de la Communauté Paris-Saclay : Jean-François Vigier, Maire et Irène Besombes, 1re Maire-adjointe.

En effet, chaque ville des deux communautés d’agglomération perd des délégués pour éviter un conseil communautaire trop pléthorique. Ainsi le nombre de conseillers communautaires sera de 78 élus au total pour Paris-Saclay. Il aurait été de 120 si l’on avait additionné les élus des deux agglomérations.

Les membres du Conseil commuanutaire

Le 7 janvier 2016, lors du premier conseil communautaire, le Président et les membres du bureau ont été élus.

Voir le trombinoscope du bureau communautaire.

Les compétences de la nouvelle communauté

Les compétences déjà transférées aux anciennes communautés d’agglomérations perdurent. La voirie, les médiathèques, les déchets ménagers, le conservatoire dont s’occupait la CAPS restent donc dans le giron de la nouvelle communauté d’agglomération.
Paris-Saclay devra par ailleurs exercer des compétences obligatoires et optionnelles.

Les compétences obligatoires qui perdurent
- Le développement économique
- L’aménagement et l’habitat
- La politique de la ville
- Les transports

Les compétences optionnelles
- La nouvelle intercommunalité a deux ans pour les revoir. Par ailleurs, une réflexion est engagée pour redéfinir l’intérêt communautaire.
- Le travail se poursuit concernant les futures compétences : finances et fiscalité, moyens humains, développement économique, emploi et politique de la ville, transports, environnement, voiries et très haut débit, logement et urbanisme, culture et sport.

Les points forts de cette fusion

L’attractivité et le potentiel économique renforcé
A cheval sur les deux agglomérations, le Parc d’Activités de Courtaboeuf est l’un des tout premiers en Europe, véritable poumon économique du nord du département. La CAPS et la CAEE se sont mobilisées pour la modernisation du parc. Le réseau de pépinières d’entreprises va s’élargir (3 à la CAPS, 1 à la CAEE). Territoire plus vaste, secteurs d’activités variés, le service de l’emploi va se développer.

Un certain poids au niveau régional
De par sa taille, Paris-Saclay aura plus de poids dans les négociations avec nos partenaires : État, Région, Département, STIF…

Une mutualisation des services
Les services vont pouvoir être mutualisés, ce qui représentera pour les collectivités des sources d’économie non négligeables. Cette mutualisation aura un bénéfice important pour les habitants qui verront ainsi s’étendre à l’avenir l’accès aux différentes médiathèques, conservatoires…etc…

Un renforcement des offres de services
A plusieurs plus de forces et de moyens. Les offres de transports se développeront pour un meilleur service aux habitants.

Pourquoi « Paris-Saclay » ?
Le choix du nom pour la future agglomération a été abordé en présence des élus communaux de toutes les villes sous la forme d’une séance de « Brainstorming ».
Deux noms se sont détachés des nombreuses propositions : « Paris-Saclay Europe » et « Paris-Saclay ».
C’est « Paris-Saclay » qui a été choisi définitivement.
Les élus souhaitaient tirer profit d’un territoire exceptionnel en choisissant un nom porteur, avec une lisibilité sur le territoire français mais aussi à l’étranger.
Paris-Saclay, un territoire reconnu pour son développement économique, son enseignement supérieur et la recherche.