agrandir le texte retrecir le texte imprimer article envoyer à un ami

Orphelins

Samedi 13 mars à 21h à Marcel Pagnol.
Tarif B

Les comédiens ont la lourde tâche de rendre crédible un scénario cauchemardesque. Une chose est sûre, ils réussissent à tenir en haleine les spectateurs, comme dans un rêve éveillé où les paroles des uns et des autres résonnent dans le silence « monstrueux » de notre inconscient.

De Dennis Kelly
Mis en scène : Caroline Marcos
Collaboration artistique : Antonin Chalon
Avec Augustin Bouchacourt, Maxime Boutéraon, Caroline Marcos
Création Lumière : Vivien Lenon
Création sonore : Barbara Pravi et Guillaume Boscoro
Scénographie : Sarah Bazennerye

Liam, jeune homme d’une vingtaine d’années, couvert de sang, retrouve sa sœur alors qu’elle dine en tête à tête avec son mari.
Terriblement inquiétant, le jeune homme est amené à s’expliquer. L’échange devient confus, à rebondissements, incohérent, violent, et dévoile une terrible nouvelle.
Quels vont être les réactions et les choix de chacun ?
Thriller familial à huis clos, Orphelins nous parle du monde d’aujourd’hui en prenant racine dans un contexte urbain où la relation à l’étranger se pose comme une menace.
Jusqu’où sommes-nous capables d’aller pour protéger les siens ?

« Nous assistons à un véritable thriller psychologique dans la mesure où le spectateur est suspendu aux réactions d’Hélèn et de Danny, face à un proche qui dévoile une personnalité de plus en plus inquiétante. Les protagonistes donnent l’impression de patauger, en particulier Danny qui ne livre qu’en demi-mesure ses sentiments face à
Hélèn toujours dans l’offensive. »